Comment Belinda McCabe a trouvé le plus beau métier du monde

Sur la dernière marche du troisième palier de l’escalier étroit qui menait au grenier de l’ancien bâtiment géorgien, Belinda McCabe savait quatre choses : elle était fatiguée, il était tard, ses muscles lui faisaient mal et l’audiovisuel était le plus beau métier du monde.

Peu importait qu’après avoir installé ce projecteur pour un spectacle célébrant Sligo comme la capitale européenne du bénévolat, elle redescendait les escaliers pour les remonter encore une fois ; cela restait sans aucun doute le plus beau métier du monde.

Un métier difficile

Et c’est un métier difficile, certainement en raison de l’aspect événementiel. Les heures sont longues et les horaires rarement arrangeants, les délais sont serrés et le travail difficile, mais c’est un métier comme aucun autre. Si on commence à l’exercer, il est difficile de ne pas vouloir continuer.

Comme pour bon nombre de personnes dans ce secteur, la carrière de Belinda dans l’audiovisuel n’était pas toute tracée. Elle a suivi une formation en beaux-arts et médias au National College of Art and Design de Dublin, mais n’envisageait pas de passer sa vie à « dessiner des chaussures » ; elle rêvait de devenir professeur d’art, jusqu’au jour où elle a rencontré par hasard « le directeur d’une petite société audiovisuelle » qui l’a présentée à une entreprise susceptible d’apporter à une jeune Irlandaise intéressée par l’art plus de plaisir que le dessin.

Ion Solutions

C’est pourquoi Belinda fait désormais partie de l’équipe Ion Solutions ; elle travaille à Dublin comme technicienne en audiovisuel et apprécie pleinement ce qu’elle fait. Néanmoins, elle sait que c’était auparavant un métier dominé par les hommes. « On me regarde bizarrement au bar après un spectacle, mais c’est probablement plus parce que je porte des vêtements de travail Snickers et que je n’enlève pas ma lampe frontale. À vrai dire, ce travail nécessite une bonne forme physique, mais la force brute est la dernière chose dont vous avez besoin. Il faut toujours garder la tête froide avec des délais serrés et des configurations complexes ».

Mais soigner la conception des équipements implique également de les alléger. Les Boxer 4K30 installés avec soin à Sligo nécessitent d’être manipulés par deux personnes ; c’est pourquoi, même en ajoutant un support de montage, leur installation a nécessité un travail d’équipe intelligent plutôt que des muscles d’homme.

Sang neuf dans le secteur de l’audiovisuel

C’est peut-être parce que notre industrie est naturellement ouverte aux bonnes idées que les femmes talentueuses et leur travail sont généralement bien acceptés, mais il reste vrai que si vous êtes un homme, vous êtes avantagé dès le départ. Peut-être est-ce lié au fait que beaucoup de gens commencent à exercer ce métier en se présentant comme des « machinistes itinérants », mais cette situation évolue grâce aux nombreuses possibilités de formation et à des programmes tels que le partenariat de Christie avec la National Film and Theatre School (NFTS) au Royaume-Uni et le travail réalisé par WAVE – Women in AV.

Mais Belinda est convaincue que c’est dans l’enseignement qu’il est possible de faire la plus grande différence en termes d’égalité et d’art. Elle a découvert Pandoras Box à l’université, en utilisant ses fonctions Venue Sites pour visualiser la configuration de la scène, de l’installation et des spectacles en temps réel à l’aide de modèles 3D. Depuis, elle a suivi une formation avancée sur Pandoras Box, mais sans ce premier aperçu de ses fonctionnalités, elle ne l’aurait sans doute pas fait.

Une explosion créative ?

C’est également lié à la créativité du mapping vidéo qui, selon Belinda, va bientôt exploser dans les écoles d’art. Les étudiants qui ont découvert de nouvelles technologies et de nouveaux systèmes audiovisuels ont également découvert leur potentiel et pensent que l’audiovisuel est tout aussi passionnant et enrichissant que de jouer de la guitare dans un groupe. C’est une génération qui considère que le contenu et sa diffusion vont de pair. En ce qui les concerne, les deux nécessitent les mêmes solutions créatives et offrent un potentiel qu’ils commencent tout juste à découvrir.

C’est une idée intéressante : le secteur de l’audiovisuel devrait chercher de jeunes talents bruts comme le fait l’industrie de la musique, à la recherche de talents sans expérience à perfectionner.

Et en Irlande, on recherche de plus en plus de talents. L’audiovisuel y est en plein essor ; de nombreux acteurs majeurs, tels que Ion Solutions, envisagent d’étendre leurs activités en Europe continentale. Pour ce faire, les entreprises devront adopter une approche structurée de la recherche de personnes talentueuses tant sur le plan créatif que technique. Belinda reconnaît qu’elle a « tout réussi inconsciemment », sans jamais savoir formellement que c’était la carrière parfaite pour elle. Ion Solutions l’a rencontrée et a vu son potentiel, mais le problème est qu’elle, comme bon nombre de personnes, aurait pu très facilement manquer à ce secteur.

Quelles sont les perspectives d’avenir ? La gestion de la production et le travail sur la scène internationale suscitent un vif intérêt. Mais, à environ 25 ans, Belinda sait que toute une série de nouvelles technologies vont émerger. Elle voudra toutes les utiliser avant d’éteindre sa lampe frontale, de ranger ses outils de montage et de dire au revoir au plus beau métier du monde.